Back To Top

Les partenaires ZEISS près de chez vous

Catégorie

Une vision optimale même en cas de défaut visuel

Nos yeux sont nos organes sensoriels les plus importants. Chaque défaut visuel doit donc être considéré sans délai.

Nos yeux réalisent en permanence un travail d'une extrême précision. En effet, ils doivent sans cesse faire la mise au point sur les objets proches, zoomer sur les objets plus lointains et s'adapter en permanence à des conditions de luminosité changeantes. Plus de 80 % des informations qui nous parviennent passent par nos yeux. C'est pourquoi nous sommes nombreux à nous préoccuper de la santé de nos yeux. Il est vrai qu'il existe nombre d'affections: glaucome, cataracte ou strabisme aigu, par exemple. Toutefois, la plupart peuvent être corrigées avec l'aide d'un ophtalmologiste.

Une vision optimale même en cas de défaut visuel

Une vision optimale même en cas de défaut visuel

Pour nous orienter, nous avons constamment besoin d'obtenir des images extrêmement précises de notre environnement. Ces informations nous sont fournies par nos yeux. Toute personne dont les yeux cessent soudainement de fonctionner correctement ne peut qu'être envahie par la crainte et l'insécurité.

 

Quel que soit le défaut visuel dont vous souffrez, la médecine moderne est pratiquement toujours en mesure de le corriger et de préserver votre vue. Pour ce faire, il doit être détecté et diagnostiqué au plus tôt. C'est pourquoi les spécialistes des yeux et les opticiens recommandent à chacun de passer une visite de contrôle chez un ophtalmologiste une fois par an à partir de 40 ans. Si un défaut visuel est identifié à ce stade, des mesures peuvent en effet être prises afin d'éviter l'endommagement définitif des yeux.

Présentation des défauts visuels les plus courants:

Esotropie (strabisme)

Environ deux millions d'allemands  sont atteints d'ésotropie, également connue sous le nom de strabisme. Ce défaut visuel héréditaire est l'un des plus répandus dans la population. Information importante : le strabisme n'est pas une banale anomalie esthétique, loin s'en faut. Chez les enfants atteints de strabisme, les yeux ne sont pas correctement orientés l'un par rapport à l'autre, ce qui leur fait voir double. Pour remédier à ce problème désagréable, le cerveau a élaboré une parade : l'œil non affecté réalise seul tout le travail pendant que l'autre œil est mis "hors-service". Résultat : non utilisé, l'œil atteint de strabisme s'affaiblit chaque jour davantage jusqu'à devenir quasiment aveugle, alors qu'il s'avèrerait parfaitement fonctionnel si le défaut était corrigé. Un élément fondamental à prendre en compte : le système visuel devient définitif vers l'âge de 6 ans. A des fins d'efficacité, il convient donc de débuter le traitement avant que l'enfant n'ait atteint cet âge. Les spécialistes distinguent plusieurs types d'ésotropie:

  • Esotropie latente (hétérophorie)
    Le muscle de l'œil présente un déséquilibre. Ce type d'ésotropie est en grande partie "compensé" par le cerveau. Fatigue et stress peuvent être à l'origine de maux de tête et de douleurs oculaires.
  • Esotropie concomitante (hétérotropie)
    Les yeux se déplacent de manière uniforme et coordonnée dans toutes les lignes de vision, mais ils ne fixent pas les mêmes objets. L'angle de strabisme est le même dans toutes les lignes de vision. Ce défaut visuel doit impérativement être traité pendant l'enfance, sous peine d'entraîner une altération visuelle durable de l'œil concerné.
  • Esotropie parétique (parésie)
    Ce défaut est généralement dû à une maladie neurologique, à un accident ou à la déficience d'un ou plusieurs muscles de l'œil.

 

Informations importantes: un bébé n'est pas encore en mesure de fixer un objet. Il est donc normal que ses yeux présentent parfois un défaut de parallélisme. Cette situation devient préoccupante lorsqu'un œil présente une déviation permanente par rapport à l'autre. La maladresse d'un enfant peut également être le signe d'une ésotropie. Il n'est pas toujours facile pour les parents de déterminer si leur enfant est atteint ou non de strabisme. Le meilleur moyen de s'en assurer reste l'examen ophtalmologique.

Les traitements proposés varient en fonction du type d'ésotropie. Le plus courant est le traitement par occlusion. Le "bon" œil est masqué afin de forcer l'œil affecté à réaliser son travail. Il peut parfois suffire de masquer l'un des verres de lunettes. Le cerveau est contraint de soutenir et d'entraîner l'œil affaibli.

Plus le traitement est mis en place de manière précoce, plus les chances de réussite sont élevées. Si ces mesures ne suffisent pas à corriger l'ésotropie, une opération chirurgicale peut être envisagée chez les enfants n'ayant pas encore atteint l'âge scolaire.

Cataracte
Le nom cataracte vient du grec "chute d'eau". Dans l'antiquité, les savants pensaient que la couleur grise des pupilles observée chez les personnes concernées était due à un écoulement important d'eau. Nous en savons aujourd'hui un peu plus : cette opacité est provoquée par une accumulation de protéines dans le cristallin de l'œil. Dans la plupart des cas, la consommation de nicotine est à l'origine de ce phénomène. Les différentes formes de diabète et les rayons ultra-violets peuvent également constituer des facteurs déclenchants. Les patients atteints de cataracte ont la sensation de voir à travers du verre dépoli. Heureusement, d'excellents traitements sont aujourd'hui disponibles. Au cours d'une opération sans hospitalisation, les cristallins opaques sont retirés et remplacés par des cristallins artificiels. Il s'agit d'une opération banale.

Glaucome
Ce défaut visuel est particulièrement sournois, car il ne provoque aucune douleur. Il se caractérise par une pression intraoculaire élevée, qui endommage la rétine de manière insidieuse et détériore le nerf optique. En Allemagne, ce défaut est appelé "grüner Star" (étoile verte). En effet, lorsque la pression intraoculaire est très élevée, le patient peut distinguer des auréoles de couleur verte autour des sources de lumière. Ce défaut ne peut être traité que s'il est détecté de manière précoce. Un traitement adapté (par gouttes ophtalmiques) peut permettre de préserver la vue. Il est donc fondamental de faire régulièrement examiner ses yeux, car les fibres nerveuses endommagées ne se régénèrent pas.

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)
En France, 8% de la population est concernée par ce défaut visuel. La DMLA est liée à la vieillesse, et se développe généralement à partir d'un certain âge (23% après 60 ans). Il s'agit d'une maladie de la rétine, qui entraîne la dégénérescence progressive des cellules et cause 3000 cas de cécité par an en France. Un test oculaire rapide permet de la détecter au début de son développement. Lorsqu'il regarde l'écart entre deux carreaux de sa salle de bain, un patient atteint de DMLA distingue soudain une distorsion qui n'existe pas réellement. Au stade précoce de la maladie, cette distorsion soudaine des lignes droites n'est pas encore très importante.

L'évolution de la dégénérescence entraîne la détérioration progressive des cellules de la macula (zone de la rétine responsable de la perception des détails optiques fins). Seules les zones périphériques de la rétine ne sont pas atteintes. Lorsqu'il regarde une route, un patient atteint de DMLA distingue donc les maisons situées de chaque côté, mais pas les véhicules circulant sur la route elle-même. Il existe deux types de DMLA:     

  • DMLA sèche
    L'épithélium pigmentaire de la rétine se détériore, entraînant ainsi la dégénération des cellules de la vision. Cette forme touche plus de 80 % des patients atteints de DMLA. Elle se développe lentement, sur plusieurs années. Aucun véritable traitement n'est encore disponible. Chez la plupart des patients atteints, une aide visuelle grossissante peut au moins permettre d'y voir suffisamment pour lire.

  • DMLA humide
    Cette forme de DMLA se développe beaucoup plus rapidement que la forme sèche. Là encore, on observe une détérioration de l'épithélium pigmentaire qui provoque une dégénérescence des cellules de la vision. Cette forme se caractérise cependant par le développement de vaisseaux sanguins dans la rétine. Très fins, ces nouveaux vaisseaux sanguins se rompent facilement. Ces hémorragies entraînent un gonflement de la rétine, et les patients voient des images distordues. Lorsqu'ils se rompent, les petits vaisseaux sanguins abîment également la rétine. Au début du développement de la maladie, la mise en place de traitements adaptés peut s'avérer utile. Ces traitements empêchent le développement de vaisseaux sanguins, que ce soit sous la rétine ou dans sa partie centrale. Dans certains cas, la chirurgie au laser ou le traitement photodynamique peuvent s'avérer utiles. Certains pôles hospitaliers testent actuellement des opérations de la rétine.

 

Rétinopathie diabétique
    Chez les personnes âgées, la rétinopathie diabétique compte parmi les causes de cécité les plus courantes. Cette pathologie de la rétine survient généralement chez les personnes atteintes de diabète. Les taux élevés de glycémie sont à l'origine de mutations dans les vaisseaux sanguins de la rétine, entraînant ainsi des troubles de la vision et une perte de l'acuité visuelle. Les médecins distinguent trois formes de rétinopathie diabétique:
           

  • Forme non-proliférante
        La mutation des vaisseaux concerne uniquement la rétine. Dans la plupart des cas, les patients atteints ne remarquent rien.
               
  • Forme proliférante
        Lorsque la maladie avance, de nouveaux vaisseaux peuvent se développer et proliférer hors de la rétine, dans le corps vitré. Ce phénomène peut être à l'origine d'hémorragies et d'un décollement de la rétine. A ce stade, la vue est déjà considérablement détériorée.
               
  • Maculopathie diabétique
        Des dépôts de graisse et des exsudats menacent la macula, zone responsable de la perception des détails optiques fins. Cette maladie peut entraîner la cécité du patient.

 

Il est donc de la première importance de suivre correctement les personnes diabétiques. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Mis en place suffisamment tôt, le traitement par laser peut ralentir la mutation des vaisseaux sanguins. En cas de maladie avancée, le patient ne peut conserver sa vue qu'au prix d'une opération chirurgicale complexe.

Sécheresse oculaire
Vos yeux vous brûlent, vous grattent et vous avez l'impression d'avoir de minuscules grains de sable sous les pupilles. Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine de ces symptômes désagréables : lumière aveuglante du soleil, gaz d'échappement, pollen, poussière et scintillement caractéristique des écrans d'ordinateur. En situation normale, le rôle du liquide lacrymal consiste à évacuer les particules étrangères, ainsi qu'à fournir de l'oxygène et des nutriments à l'œil.

Mais cette protection peut parfois s'avérer déficiente, ce qui provoque la sensation d'avoir un grain de sable dans l'œil. Les facteurs déclenchants les plus courants sont les suivants : regard rivé trop longtemps sur un écran, sécheresse de l'air ambiant et systèmes de climatisation des véhicules. Les troubles hormonaux et certains médicaments tels que la pilule contraceptive ou les bêtabloquants peuvent également favoriser l'apparition de cet état.

Toutefois, ce n'est pas toujours la production insuffisante de liquide lacrymal qui est à l'origine de la sécheresse oculaire. Elle peut également être due à une mauvaise consistance de ce liquide. Dans les deux cas, la solution idéale consiste à administrer ce que l'on appelle des "larmes synthétiques". Des gouttes ou du gel sont alors utilisés pour suppléer le liquide lacrymal. Les gouttes sont versées dans le sac conjonctival. Il est ensuite conseillé de fermer les paupières et de faire rouler les yeux de manière à bien répartir le produit.

Attention: si les gouttes sont administrées de façon prolongée et répétée, l'œil risque de produire de moins en moins de liquide lacrymal. Il est donc important d'évaluer les causes de cette sécheresse oculaire avec votre médecin, qui pourra vous proposer la solution la mieux adaptée (changer de pilule, éviter les stimulants, etc.).

Un conseil supplémentaire pour vos loisirs: utilisez des lunettes de natation dans les piscines à forte teneur en chlore. La chirurgie peut être envisagée en dernier recours, lorsque le traitement local ne donne aucun résultat. Dr. Mehrle : "En cas de sécheresse oculaire, les conduits lacrymaux sont partiellement ou entièrement obturés et le liquide s'écoule moins facilement."

Rétinite pigmentaire
Les personnes atteintes de cette maladie oculaire peuvent néanmoins continuer de lire des journaux ou des livres, car leur vision centrale est préservée, même si elle est dite "en tunnel". La rétinite pigmentaire est une maladie génétique qui touche environ 35 000 personnes en France et 400 000 en Europe.

En raison d'une déficience héréditaire, les cellules photosensibles de la rétine se détériorent progressivement. Les bâtonnets (éléments auxquels on attribue le rôle principal dans la vision de nuit et la vision mésopique) sont les premiers à être touchés. Le plus souvent, les cellules commencent à se détériorer à partir de l'extérieur de la rétine : le centre est d'abord épargné, ce qui permet aux patients de continuer à lire pendant longtemps. Dans les cas les plus graves, toutes les cellules finissent par mourir.

Dans la majorité des cas, cette maladie se développe chez de jeunes sujets. Les deux yeux sont touchés de la même façon. Dans un premier temps, les patients atteints ne voient plus correctement à la tombée de la nuit. Les étapes suivantes sont la cécité nocturne et la réduction progressive du champ visuel.

Une solution possible consiste à recourir à une aide visuelle teintée afin de bloquer les réverbérations trop puissantes. Les progrès enregistrés dans le domaine de la génétique et de la biologie moléculaire sont encourageants. Les spécialistes espèrent que la découverte d'un traitement efficace n'est plus qu'une question de temps.

Les médecins de la clinique universitaire d'Aix-la-Chapelle ont obtenu un premier résultat. Ils ont développé une prothèse visuelle entièrement implantable, qu'ils ont ensuite utilisée chez six de leurs patients. Cette prothèse fonctionne sans fils. Elle est reliée (sans fils) à une caméra qui lui envoie des signaux. L'implantation de cette prothèse n'est efficace que si la cellule nerveuse n'est pas entièrement détruite.

Perception de flashes lumineux / Décollement de la rétine
Les personnes qui perçoivent des flashes lumineux lorsqu'ils ferment les yeux doivent consulter leur ophtalmologiste, car ce symptôme est caractéristique d'un décollement du vitré lié à l'âge.

A quoi est dû ce défaut visuel? Au fil des ans, des dépôts initialement inoffensifs s'accumulent à l'intérieur du corps vitré, et les fibres de collagène se collent les unes aux autres.

Des cavités remplies d'eau se forment alors en raison de la liquéfaction du corps vitré.

Lorsqu'il bouge les yeux, le patient perçoit des ombres mouvantes, des lignes fines ou des points noirs, qui sont provoqués par les corps flottants du vitré. C'est ce que l'on appelle des "mouches volantes". Bien que gênant, ce phénomène n'est pas encore dangereux à ce stade et ne requiert pas de traitement particulier.

Toutefois, si le processus de liquéfaction du corps vitré se poursuit, ce dernier peut se détacher entièrement ou partiellement de sa base. Il existe deux types de décollement : total et partiel.

Dans le cas du décollement partiel , le corps vitré reste partiellement attaché à la rétine. Lorsque les personnes atteintes bougent, des forces de traction sont exercées sur la rétine, ce qui entraîne la perception de flashes lumineux. Ces flashes disparaissent lorsque le corps vitré est entièrement détaché. Un décollement total du corps vitré peut déchirer la rétine, ce qui est susceptible de provoquer un décollement de cette dernière, voire une hémorragie du corps vitré.

Pour établir son diagnostic, le médecin examine le corps vitré à l'aide d'une lampe à fente et d'une lentille de contact, et observe le fond de l'œil. Une opération chirurgicale étant nécessaire en cas de décollement de la rétine, ces complications doivent être prises en charge le plus en amont possible.

Articles afférents

Comprendre la vision : ZEISS se penche sur les processus fondamentaux de la vision
Comment la vision des couleurs fonctionne-t-elle ?
Une paire de lunettes mal adaptée ou de mauvaises conditions de luminosité risquent-elles d’endommager vos yeux ?
Clignements, larmes et apparition d'étoiles
Comment des résultats de tests de la vision peuvent-ils être différents ?
 

Nous utilisons des cookies sur ce site Internet. Les cookies sont de petits fichiers textes enregistrés sur votre ordinateur par des sites Internet. Les cookies sont largement répandus et permettent d'optimiser la présentation des pages Web et de les améliorer. En continuant à naviguer sur ce site, vous déclarez accepter les cookies. plus

OK